• Bellossy
  • Bellossy2
  • Bellossy3
  • Bracosson
  • Buet
  • Carrefour Maison Neuve
  • Chemin des voyageurs
  • Clocher
  • Eglise
  • Fruitière
  • Hiver
  • Lavoir
  • Longeraie
  • Poirier Longet
  • Vue Salève

Horaires d'ouverture

Lundi de 16h30 à 19h
Mercredi de 16h30 à 19h
Samedi de 10h à 12h
En Juillet et Août : le samedi de 10h à 12h

Macha ou l'évasion

couv Macha ou l evasionJérôme Leroy

Roman d'anticipation (à partir de 13-15 ans)

Habituellement, les romans d'anticipation nous donnent une analyse (souvent pertinente) de notre petit monde contemporain à travers la description d'un futur fictif, allant de peu réjouissant à chaotique voire dystopique. Avec Macha ou l’Évasion, Jérôme Leroy renouvelle le genre, en nous proposant un avenir utopique, une société idéale, fondée sur la simplicité volontaire, le respect de la nature, des autres, de soi... bienvenue dans le monde de la Douceur.

L'histoire débute vers 2100 et des poussières, neuvième décennie dans la Douceur, Macha-des-Oyats a cent-sept ans. Elle vit dans une ZAD* forestière dont elle est la doyenne et l'une des dernières survivantes du monde de la fin (le nôtre). C'est à ce titre que trois jeunes cueilleurs d'histoires viennent la trouver pour lui demander de raconter sa vie dans le monde de la fin pour les générations futures. Pour que les erreurs commises à cette époque ne soient jamais oubliées, jamais répétées.
Pour Macha, c'est une plongée dans le passé qui commence, un éprouvant voyage dans notre présent et l'on découvre vite que pour elle, avant la Douceur, il y a eu la douleur…
Apres un rapide passage dans le monde de la Douceur, Macha nous raconte sa vie entre 16 et 18 ans (en 2017, année électorale).
Macha était « fille (adoptive) de riche », elle vivait dans les hautes sphères d’une ville qui a gardé l’anonymat, et qu’on nomme donc N. La mère de Macha est la seconde épouse d’Etienne Le Vigan, le beau-père de Macha. Mais mère et  fille sont d’origine grecque : cheveux et yeux noirs au milieu des Le Vigan tous blonds aux yeux bleus. Macha se sent mise à l’écart dès son enfance, et la situation ne s’améliorera jamais.

A travers sa vie de lycéenne et de famille bourgeoise on découvre un monde en forte résonance avec le nôtre. Montée des extrêmes et du racisme, du mensonge et de l'exclusion, sur fond de terrorisme et de quasi-guerre des classes. Macha se sent en total décalage avec son milieu et diverses rencontres lui donnent l’espoir d’un autre futur que celui tracé par la famille Le Vigan.

Jérôme Leroy nous offre un roman à la fois optimiste et tendu. L'action défile à grande vitesse et avec beaucoup d’émotions. On est pris de court par les événements, on tremble avec Macha, si jeune et déjà si forte.

Un roman engagé, captivant, en clair-obscur, qui s'inscrit dans une œuvre plus large, car deux personnages d’arrière-plan, qui furent les amies de Macha dans le monde de la fin et les débuts de la Douceur, possèdent déjà leur propre histoire : Emilie Ambicourt et Clara Pitikens, respectivement dans « La grande môme » polar d'une adolescente dont la mère est arrêtée pour terrorisme et « Norlande » paisible petit pays où, depuis sa chambre d’hôpital, Clara raconte l'horreur dont elle a été témoin et victime un 22 Juillet 2011 (inspiré des événement de l'île d'Utoya).

ImprimerE-mail