• Bellossy
  • Bellossy2
  • Bellossy3
  • Bracosson
  • Buet
  • Carrefour Maison Neuve
  • Chemin des voyageurs
  • Clocher
  • Eglise
  • Fruitière
  • Hiver
  • Lavoir
  • Longeraie
  • Poirier Longet
  • Vue Salève

Horaires d'ouverture

Lundi de 16h30 à 19h
Mercredi de 16h30 à 19h
Samedi de 10h à 12h
En Juillet et Août : le samedi de 10h à 12h

Un lieu sans raison

couv lieu

Une robe de mariée un peu particulière est exposée au Musée d’Art brut de Lausanne. Intriguée par cet objet insolite, l’auteure a  souhaité en savoir plus sur la couturière à l’origine de cette création.
Ses recherches l’ont conduite à reconstituer la douloureuse histoire de Marguerite Sirvens.

Marguerite était née dans une famille bourgeoise de province (en Lozère), extrêmement stricte sur la morale. Fuyant cette atmosphère étouffante, elle « monte » à Paris où elle mettra ses talents de modiste au service d’un grand magasin. Déjà à cette époque elle aura de nombreuses crises de violence dues à une schizophrénie latente. Après maints déboires, elle sera de retour dans sa famille qui devra la placer dans une institution à Montpellier. D’un coût trop élevé, la famille est contrainte de faire transférer Marguerite dans un asile pour aliénés en Lozère, une institution départementale nommée St Alban et connue pour ses conditions très dures.
La schizophrénie ne justifiait pas toutes les humiliations, le manque d’hygiène et les privations qu’elle a subis. Marguerite fut internée à St Alban de 1931 à 1957, année de son décès.

Anne-Claire Decorvet s’est fondée sur les archives de St Alban et l’évolution de la psychiatrie pour reconstituer minutieusement les 25 années d’enfermement de Marguerite et l’histoire de cette robe de mariée.
Ce livre est dense, magnifiquement  écrit, et d’un contenu  très intéressant. En suivant le difficile parcours de cette femme rebelle et créative, nous approchons  le mouvement des pionniers de la psychiatrie moderne, leur combat pour considérer les malades comme des êtres humains dignes de respect. Les murs qui tombent, ouvrant aux malades des espaces de verdure et de liberté, la naissance d’ateliers qui les invite à la création, l’accueil de personnes de l’extérieur, qui apportent un profond renouvellement dans la gestion de l’établissement. Y est également abordée, la naissance de l’art brut. C’est un ouvrage passionnant à qui le jury de « Lettres frontière » a décerné son prix 2016, pour la Suisse romande.

ImprimerE-mail